La lettre de Guy Môquet

Publié le par Jérôme Theuillon

La dernière lettre de Guy Môquet adressée à  sa famille 
avant de mourir.
LettreGuy-parents-1-.jpg

Ma petite maman chérie,

Mon tout petit frère adoré,

Mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, à toi en particulier petite maman, c’est d’être très courageuse.

Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre, mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et René (1). Quant à mon véritable (2), je ne peux le faire, hélas ! j’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge qui, je l’escompte, sera fier de les porter un jour.

À toi, petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman bien des peines, je te salue pour la dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup, qu’il étudie, qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demie (sic), ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous.

Je vais mourir avec Tintin, Michels (3). Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux pas en mettre davantage, je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d’enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy.

(1) Jean Mercier, Roger Semat, Rino Scolari.

(2) Serge, le frère de Guy Môquet.

(3) Jean-Pierre Timbaud, ami de Guy Môquet [...], et Charles Michels, trente-huit ans, député communiste de Paris,

fusillés à La Sablière le 22 octobre 1941.

Lettres choisies et présentées par Guy Krivopissko (2003), La vie à en mourir. Lettres de Fusillés(1941-1944) 

GuyMoquet-7281-1-.jpg

Au delà de la polémique sur la lecture devant les élèves de la lettre de Guy Môquet, il convient de rappeler que cette commémoration, c’est avant tout celle de la Résistance.

 

1)      Qui était Guy Môquet ?

Guy Môquet a 16 ans lorsqu’il est arrêté à Paris par la police française le 13 octobre 1940. 
Fils d’un député communiste déjà emprisonné depuis octobre 1939 à cause  du pacte germano-soviétique,
Guy Môquet  milite activement  lui aussi au « Jeunesse communiste » en collant des affiches et distribuant des tracts malgré l’interdiction et la présence des Allemands à Paris.  Après son arrestation, il est envoyé  au camp de Choisel, près de Châteaubriand en Loire-inférieure (Loire-Atlantique actuelle), là où sont détenus d’autres membres du Parti Communiste Français.

 

2)    Pourquoi a-t-il été fusillé ?

Le 20 octobre 1941, trois résistants communistes abattent, à Nantes, un officier allemand, Karl Hotz, commandant des troupes d'occupation de la Loire-inférieure. En guise de représailles, les Allemands  décident de fusiller 50 otages.

L’Etat Français du  Maréchal Pétain, qui a choisis la collaboration avec l’Allemagne, propose une liste d’otages où ne figurent que des communistes.

Ainsi, il faut dire et redire que cette décision prise en 1941 est le résultat d’une violente haine d'une  partie de la droite contre la gauche, une revanche de 1936.  Môquet est fusillé parce qu’il est résistant, mais aussi parce qu’il est communiste.

 

3)     De l’utilisation de la mémoire.

"Si j'ai voulu que fût lue la lettre si émouvante que Guy Môquet écrivit à ses parents à la veille d'être fusillé, c'est parce que je crois qu'il est essentiel d'expliquer à nos enfants ce qu'est un jeune Français, et de leur montrer à travers le sacrifice de quelques-uns de ces héros anonymes dont les livres d'histoire ne parlent pas, ce qu'est la grandeur d'un homme qui se donne à une cause plus grande que lui."

                                               Nicolas Sarkozy, Président de la République.

 Lire cette lettre devant les élèves de France pour leur rappeler  « ce qu’est un jeune Français » et leur expliquer  « ce qu’est la grandeur d’un homme » est des plus louable. Mais pourquoi aborder ce thème par le seul coté émouvant et totalement décontextualisé ? 
La lecture de la lettre de Guy Môquet dans les lycées dès 1944 n’avait pas besoin d’explications. 60 ans plus tard, rien  dans cette lettre ne fait référence au combat d’une partie des Français contre l’occupation allemande. 

En lisant cette lettre, il faut se poser les bonnes questions : Pourquoi Guy Môquet s’est-il engagé ? Quelle est la nature de cet engagement ? Contre quoi a-t-il résisté ? Il s’agit de faire comprendre que la démocratie, la liberté et la dignité des hommes sont des combats qui ne sont pas dépassés. Aujourd’hui, il faut aider les élèves à comprendre que ces combats méritent toute notre vigilance citoyenne.

  Mon travail de professeur d’histoire, c’est  d’expliquer comment on construit une mémoire collective,  montrer comment elle évolue, expliquer qu'elle est multiple et qu’elle n’est pas l’Histoire. Mon travail n’est pas celui de transmettre une mémoire qui se voudrait officielle.

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Anne-laure ,une ancienne élève 24/10/2007 19:26

un Site très bien fait , avec de nombreux articles très bien redigés, de très belles photos...
Un blog instructif où les éléves peuvent apprendre tout en prenant plaisir a surfer sur Internet et sur le site
Cela doit prendre beaucoup de temps et je vous félicite pour ce travail.
Bonne continuation

Cordialement,

anne-laure

Nghia NGUYEN 22/10/2007 08:59

Un blog qui a le mérite d'exister, et qui montre le réel investissement de son auteur dans son métier. Voilà une manière bien adaptée à notre temps de retrouver les élèves et leurs parents. Félicitation pour cette initiative...
Cordialement.